Covid-19 : le détail des annonces d'Emmanuel Macron


31 mars 2021

Le Président de la République a appelé à la mobilisation de chacun « pour ce mois d’avril où tout se joue ».

Le gouvernement ne voulait reconfiner qu’en dernier recours… c’est chose faite maintenant. Face aux français, Emmanuel Macron a expliqué que la situation épidémique a changé ces dernières semaines avec « une épidémie dans l’épidémie » à cause de la propagation du variant anglais, plus contagieux et plus meurtrier.

Si la stratégie de mettre en place des mesures plus strictes sur les 19 départements les plus touchés a eu des effets depuis deux semaines, ils restent trop limités face à une épidémie qui s’accélère dans l’ensemble des régions métropolitaine.

« Fixer un nouveau cadre »

Décision a donc été prise d’étendre ces règles à tout le territoire métropolitain dès ce samedi 3 avril, et pour quatre semaines. Les mesures de restrictions qui s’appliquaient jusqu’ici aux 19 départements les plus touchés par l’épidémie concerneront désormais toute la France métropolitaine.

ANNONCES (freiner le virus).png (148 KB)

En revanche Emmanuel Macron a été clair : l’attestation de déplacement ne fera pas son retour. « L’irresponsabilité de quelques-uns ne doit pas ruiner les efforts de tous » a déclaré le Chef de l’Etat. En contrepartie, le Président a annoncé que les contrôles et les amendes pour les manquements seront renforcés. Ce genre de document ne sera nécessaire que pour les déplacements de plus de 10 km pour un motif impérieux.

Pour ce qui est des déplacements inter-régionaux, le gouvernement donne aux français le week-end de Pâques pour retourner se confiner chez leurs proches. A partir du 5 avril, ce genre de déplacement sera interdit, sauf motifs impérieux.

Lors de son allocution le Président de la République s’est encore félicité de ne pas avoir reconfiné en janvier et février dernier, prenant l’exemple de l’Italie et de l’Allemagne qui vivent ce genre de mesures strictes depuis quatre mois sans pour autant voir une inflexion de l’épidémie. Emmanuel Macron estime que la France a ainsi gagné des jours de libertés, mais qu’il est désormais temps d’agir.

Fermeture pour trois semaines des établissements scolaires

C’était la grande crainte des parents et l’autre grande annonce d’Emmanuel Macron : les crèches, écoles, collèges et lycées vont fermer leurs portes pour trois semaines selon ce calendrier.

ANNONCES (enfants).png (154 KB)

Pour pallier aux inquiétudes des parents d’élèves, le Président de la République a tenu à rassurer les parents qui doivent garder leurs enfants et qui ne peuvent pas télétravailler : ils auront le droit au chômage partiel. De manière générale, les dispositifs actuels d’aides seront renouvelés systématiquement.

Dans le même temps, les étudiants en université pourront continuer de se rendre en cours pour une journée de cours par semaine, comme c’est déjà le cas actuellement.

Soutenir également les services hospitaliers

Si la situation dans les hôpitaux français est compliquée et tendue, Emmanuel Macron a assuré face aux français qu’elle était pour l’instant maîtrisée. Pour éviter un trop grand nombre d’opérations déprogrammées, les soignants seront bientôt appuyés par des renforts supplémentaires.

Mais la sortie de crise se dessine

En fin d’allocution, Emmanuel Macron s’est concentré sur la campagne de vaccination, seule solution pour en terminer face à cette crise sanitaire. Il s’est d’abord félicité que plus de 8,5 millions de français aient déjà reçu au moins une injection, et pour 3 millions les deux doses nécessaires.

Une vaccination qui fait ses preuves selon le Président. En effet, alors que 90% des résidents de maisons de retraites sont maintenant vaccinés, on observe une diminution significative du taux de mortalité chez les plus de 80 ans.

L’objectif pour le gouvernement est le même que depuis plusieurs semaines : accélérer encore et encore la campagne de vaccination. Emmanuel Macron souhaite pouvoir commander de plus en plus de doses et que l’Europe puisse devenir le premier continent en termes de production de vaccins. Une nécessité selon le chef de l’Etat si une nouvelle campagne de vaccination à l’automne ou à l’hiver devenait nécessaire à cause de l’arrivé d’un nouveau variant particulièrement virulent.

En tout, ce sont plus de 250 000 professionnels, médecins, pharmaciens, sapeurs-pompiers, infirmiers et vétérinaires qui sont mobilisés pour la vaccination. Dès le 16 avril, elle sera ouverte aux plus de 60 ans puis le 15 mai aux plus de 50 ans. Emmanuel Macron espère ainsi d'ici la fin de l'été, que tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent pourront être vaccinés.

Pour les personnes de plus de 75 ans qui n’ont pas pu prendre de rendez-vous à cause des créneaux de vaccinations bouchés, l’Assurance Maladie a mobilisé des nouvelles équipes pour remédier aux problèmes de rendez-vous. L’ensemble des personnes de plus de 75 ans qui n’ont pas pu prendre de rendez-vous seront contactés dans les jours qui viennent.

Emmanuel Macron a également commencé à parler de l’avenir, du retour de « l’art de vivre à la française ». Il espère que cette stratégie vaccinale permettra de rouvrir des commerces et les lieux culturels à la mi-mai. Le Président de la République reviendra bientôt devant les français pour détailler un agenda de réouvertures sous conditions strictes.

Par Thomas Bantchik